Lutter contre le sexisme avec HeForShe-ESSEC – Paroles d’Étudiants #2

Pour cette deuxième édition de Paroles d’Étudiants, c’est le mouvement étudiant HeForShe qui est à l’honneur. Particulièrement active à l’ESSEC, et soutenue par l’école puisque référente à la Commission Egalité Femmes/Hommes, cette association est force de proposition et actrice du changement de mentalité en marche. Elle est une des branches d’ONU Femmes.

Impliquée dans tous les programmes et pour toutes les nationalités, Valentine, vice-présidente de l’association, nous fait part de son expérience !

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Valentine, je suis en 1ère année Grande école à l’ESSEC, et j’ai été élue vice-présidente de HeForShe ESSEC en décembre dernier. HeForShe ESSEC est une antenne d’ONU Femmes qui défend l’égalité hommes femmes au sein de notre école. 

Quelles actions pour le respect d’autrui chez HeForShe ?

Même si certain(e)s peuvent avoir l’impression que le sexisme n’est plus vraiment un problème à l’ESSEC, ça reste d’actualité, notamment en soirée : la notion de respect d’autrui est souvent bafouée puisque certaines personnes (des filles, en grande majorité) subissent des comportements déplacés voire agressifs ! Depuis le début de l’année, HeForShe ESSEC s’intéresse beaucoup à cette question, et essaye de mettre des projets en place. 

As-tu un exemple ?

On a lancé en décembre dernier les Party Angels dans les soirées BBA, en partenariat avec le BDE SKG : deux membres de HfS circulent dans la boîte pour s’assurer que chacun profite de sa soirée tout en respectant les autres. On a pris le parti de ne pas intervenir, car ce n’est pas notre rôle, mais de proposer notre aide et soutien aux personnes victimes de comportements déplacés et malaisants. 

D’autres projets ?

Notre premier objectif est d’étendre les Party Angels aux soirées GE, qui ne sont pas exemptes de cas problématiques. 

Et puis le 16 mars nous aurions du accueillir à l’ESSEC, avec l’aide de l’école, le 1er événement de la fédération HeForShe de l’enseignement supérieur, dont ONU Femmes France est marraine

Sport Knows no Gender (voir la fiche événement) dont l’’objectif est de sensibiliser aux stéréotypes sexistes dans le milieu sportif. Les stands prévus dans le gymnase pendant l’après midi la une conférence en soirée dans le Grand Amphi @essec avec des sportives de haut niveau comme Estelle Mossely et Laurence Fischer (entre autres), sous la direction de Marine Rugliano est coordinatrice de l’événement. tombent à l’eau …on est tristes mais on espéré pouvoir replanifier cet événement

Nos projets ne s’arrêtent pas là : nous allons accueillir un homme engagé pour la mixité professionnelle lors d’une conférence-débat et commençons à préparer les Gender Equality days. 

Penses-tu que la thématique du respect d’autrui se développe à l’ESSEC ?

Les méthodes des articles à charge comme ceux de Mediapart ou des Inrocks étaient contestables, mais les faits qu’ils dénonçaient sont bien réels, malgré des évolutions positives (voir l’article : Un Étudiant du BDE et sa professeure, engagés pour l’Egalité F/H, prennent la parole sur le changement de culture en marche à l’ESSEC). Peu importe la valeur que l’on accorde à ces articles, ils auront au moins eu le mérite de lancer les débats et, pour avoir discuté avec certains camarades, de faire prendre conscience à certains garçons et filles de l’existence d’un problème.  Nous avons travaillé avec le BDE Malibu sur un sondage destiné à faire un état des lieux des discriminations (sexistes, racistes etc) à l’ESSEC : j’espère que les résultats seront l’occasion pour tous (administration, associations, élèves) de faire encore progresser le respect d’autrui dans notre école !