Un Étudiant du BDE et sa professeure, engagés pour l’Egalité F/H, prennent la parole sur le changement de culture en marche à l’ESSEC

Viviane de Beaufort et Pierre Burtin

VDB et Pierre

Des articles et une lettre d’alumni ont en janvier 2020 pointé du doigt des comportements qu’il faut en effet dénoncer. Peut on affirmer que cela relève du passé car l’administration et les associations étudiantes travaillent main dans la main pour tenter de changer la culture et faire disparaître sexisme, racisme, homophobie et plus largement tout signe de non respect d’autrui ? C’est notre vœu, notre conviction et notre mission – Et nous l’exprimons.

Je suis Viviane de Beaufort, professeure engagée personnellement et de longue date sur ces questions majeures ; je me réjouis d’avoir créé ce blog dédié à la promotion de l’Egalité économique des Femmes et à la promotion de nouveaux modèle de gouvernance et d’entreprise, car il nous donne une possibilité d’exercer un droit de réponse que nous n’avons pas eu.Cf. « MA 1ÈRE RÉACTION AUX ARTICLES SUR LE SEXISME, LE RACISME, L’HOMOPHOBIE… »

Je suis Pierre, étudiant de la Grande École et membre du BDE de l’ESSEC ; je voudrais démontrer à quel point l’institution a pris ce problème à cœur, et comment les étudiants s’approprient désormais ces questions. Car si la parole se libère, entraînant une recrudescence de cas ce qui est momentanément normal, les mentalités évoluent au quotidien et nombre d’ actions émanent des étudiants eux-mêmes.

L’ESSEC met en œuvre aujourd’hui une politique stricte en termes de Respect d’Autrui et étudiants et administration travaillent ensemble pour des actions concrètes.

ACTE 1 – Commission Gender Equality et Charte RESPECT d’AUTRUI – La main est à l’administration

L’engagement de l’ESSEC est sans ambiguïté sur la question du respect d’autrui , tout particulièrement depuis 2014 avec la Charte Égalité Femmes Hommes de la CGE signée par Jean Michel Blanquer et une accélération en 2018, sous l’égide de Vincenzo Vinzi, avec le rattachement à la direction de la Commission Gender Equality, animée par Viviane de Beaufort.

Dans « MA 1ÈRE RÉACTION AUX ARTICLES SUR LE SEXISME, LE RACISME, L’HOMOPHOBIE… » , je (VDB) présente les mesures prises actant la difficulté et la complexité d’agir en profondeur. Nous ne reprenons ici que l’essentiel et quelques uns des nouveaux engagements.

Mesures concrètes et implications académiques: la Chaire Diversité, Le Gender Day Research, les actions dédiées comme le Club #GENStartuppeuse ESSEC du Centre d’Excellence Entrepreneurship ou le Women Board Ready EXEC favorisent le développement professionnel des femmes. Des ateliers Ambitions &Carrière pour les étudiantes organisées par la Commission Gender Equality et le Career Center sous la houlette de #Severine Jauffret

L’engagement de l’ESSEC ne s’arrête pas aux portes de l’école, elle se déploie sur des activités et des institutions extérieures. Ainsi de, l’initiative #StOpE contre le sexisme ordinaire en entreprise, signé le 12 décembre 2019 par Vincenzo Vinzi , notre DG.

Pour travailler à long terme en faveur du Respect d’Autrui, au delà d’actions ponctuelles, il faut structurer: notre système de plus de 30 référents collaborent ensemble au quotidien contre le sexisme, l’homophobie (VDB) et le Racisme (avec Elisabeth Forget) sur tous les campus. Tout ceci va être intégré dans un écosystème général de l’école autour de l’action #TOGETHER to Impact (Anne-Claire Pache et Chantal Dardelet ).

La Charte du Respect d’Autrui : notre socle

Depuis 2018, la Charte Respect d’Autrui constitue le socle de l’action de l’ESSEC. Supervisée par la Professeure Viviane de Beaufort, le texte et les processus d’application ont été co-construits avec la direction, des juristes, des collaborateurs individuels et notre CSE, des associations étudiantes de l’ESSEC dont HeforSHe ESSEC et le BDE et avec le conseil de la vie étudiante (CVE). La référence au texte permet de traiter au quotidien des cas d’étudiants ou de collaborateurs – A ce jour (voir Dct informatif joint) 16 cas de gravité diverse ont été traités immédiatement en faisant appel en cas de besoin aux conseillers psychologiques. « Je suis convaincue que la sensibilisation constituent des clés, mais si il faut sanctionner on le fait  » (VDB)

Il s’agit aussi d’impulser de nouvelles actions de sensibilisation et de prévention : une task force Alumni ESSEC est en création, on travaille avec la DSI à un système de signalement automatique, des vidéos et du matériau de sensibilisation sont désormais à disposition des étudiants mais aussi des collaborateurs sur my ESSEC – notre Intranet . Le cours fondamental Organisational Behaviour intégrera à la rentrée le thème de l’ouverture à la diversité et du respect d’autrui, et une réflexion est menée pour introduire une thématique sur la construction sociologique d’un groupe et les phénomènes d’exclusion ou d’adaptation.

Ainsi, l’ESSEC crée progressivement une prise de conscience destinée à éviter l’inacceptable.  Pour en savoir plus lire le document en annexe qui présente l’ensemble des actions réalisées et en cours d’application

« Mais l’action de l’ESSEC ne saurait exister sans ce qui fait le pilier d’une telle institution, les étudiants eux-mêmes« . Viviane de Beaufort

ACTE 2 – Que font les étudiants et les associations ?

Pierre Burtin

Etudiant impliqué au BDE de l’ESSEC, j’ai pu interroger les étudiants sur les dynamiques qui se mettent en place depuis quelques années à l’école sur ce sujet. En voici un premier florilège (d’autres actions d’étudiants et d’associations seront présentées dans une rubrique du blog régulièrement).

Les étudiants s’approprient le sujet et y apportent des solutions

Dans tous les programmes, les étudiants tentent aujourd’hui de faire entendre leur voix en montrant qu’ils sont largement engagés contre les comportements abusifs. Qu’il s’agisse de sexisme ordinaire, de harcèlement sexuel lors des fêtes, de racisme, d’homophobie ou de toute autre atteinte au respect d’autrui, les étudiants répondent présents, individuellement (en étant témoin, acteur) et par le biais des associations.

Ainsi, les grands événements étudiants comme la Nuit de l’ESSEC se font avec Consentis pour la lutte contre le harcèlement en milieu festif.

Outre l’efficacité de tels dispositifs, ces actions permettent peu à peu de changer les mentalités des étudiants. Ils viennent pour faire la fête, mais de manière plus responsable. Cette année, il y a eu 2 alertes qui ont pu tourner court grâce à des mobilisations spontanées.

L’engagement des associations de l’École, pilier essentiel pour une vie étudiante respectueuse

Le pari est que les étudiants sensibilisés à leur arrivée puis en cours et par divers moyens (voir Dct ci-joint) s’approprient ces questions et prennent des initiatives dans le cadre de la vie étudiante afin que les comportements abusifs appartiennent à un autre temps. La politique est claire dans les promos d’étudiants : tolérance zéro pour tous les actes et violences à caractère sexiste, racistes, homophobes, et tout manquement au Respect d’Autrui.

La formation des associations : Chaque année, les présidents d’associations  » à risque » s’engagent au respect de la Charte qu’ils signent, étant entendu que leur responsabilité juridique est engagée en cas d’incident.  Ils suivent une formation dédiée avec leurs bureaux.

L’association HeforShe (ONU femmes)

Membre de droit de la commission Egalité Femme/Homme et Respect d’autrui, elle bénéficie du soutien officiel de l’institution.

Elle travaille en lien étroit avec la direction de la communication pour élaborer une campagne de sensibilisation (affiches, podcasts, etc).

Récemment élue vice-présidente de l’association, Valentine Jacob-Xaé porte avec ses camarades des actions en matière de prévention en milieu festif :

Valentine, Vice-Président de HeForShe ESSEC

« Nous avons, depuis un mois, établi un partenariat avec le BDE BBA (programme post-bac) : à chaque soirée, deux « party angels », reconnaissables à leur tee-shirt, circulent dans la boîte de nuit. L’objectif n’est pas de faire la police mais de permettre aux personnes se sentant victimes d’être aidées« . L’initiative a été reçue de façon très positive par les élèves : nos party angels ont souvent été remerciés pour leur travail. Le BDE BBA très sensibilisé à ces questions a mis en place un système de blacklist pour les personnes enfreignant les règles. » L’objectif de HeForShe est d’étendre ce système aux soirées organisées par le BDE Grande École et de poursuivre ces activités de lutte en faveur de l’Egalité sur les campus ESSEC.

Le colloque annuel de la Fédération nationale HeForShe sous l’égide d’ONU Femmes France est accueilli cette année sur le campus de l’ESSEC à Cergy. Il a pour thème la Mixité dans le Sport

Des engagements pour renforcer le dispositif de la Charte

Une commission d’étudiants, membres des BDE (Grande École et BBA), de l’association HeForShe et des étudiants internationaux, met en place des sondages pour connaître le ressenti des étudiants de l’ESSEC.

Hakim Fekih, étudiant engagé, croit en cette méthode :

Hakim Fekih, Étudiant et BDE

« L’initiative est née grâce à la mobilisation de plusieurs étudiants qui souhaitaient agir sur le sujet, après une discussion avec l’école, nous nous sommes organisés avec les BDE et d’autres associations afin de lancer un sondage sur les questions de sexisme, racisme et autres discriminations. L’objectif est de libérer la parole et lancer le débat, d’éveiller les consciences, car les critiques ne seront pas reçues comme venant « d’en haut » mais le fruit de l’expression des étudiants envers les autres étudiants, ce qui donnera beaucoup plus de légitimité au discours« 

Des chantiers concrets sont en déploiement. Par exemple, le Foy’s s’engage à ne pas reconduire d’événements à caractère sexiste. Il aussi été acté avec la vie étudiante de l’ESSEC que chaque bureau désormais formé aux responsabilité juridiques encourues transmettra ces principes vertueux au nouveau bureau de manière formelle. Ainsi, je me sens légitime en affirmant que les étudiants sont sensibilisés à ces problèmes. Si la conduite du changement est parfois longue et difficile, la dynamique est là et les initiatives nombreuses. Je crois en un équilibre entre le rôle de l’administration et l’autonomie des étudiants pour faire avancer les choses et changer les mentalités. Il reste bien des choses à faire, mais nous sommes sur une lancée positive.

Je vous invite à lire une série d’articles « Étudiants engagés », que je vais proposer retraçant des initiatives étudiantes pour le respect d’autrui.

Merci de votre attention

VDB et Pierre !