Mercredi, Muriel Monomakhoff, co-fondatrice de Franchement Bien était l’invitée d’Eric Brunet sur RMC pour parler de notre média 100% positif en France.

Voir l’interview en vidéo. 

Eric Brunet : Radio Brunet sur RMC offre aujourd’hui trois minutes de gloire à Muriel Monomakhoff. Vous avez co-fondé le site FranchementBien.fr ?

Muriel Monomakhoff : Tout à fait !

E.B : Il y a des médias de droite, de gauche, des médias économiques … et vous, vous êtes un média positif ?

M.M : Oui, c’est un média complètement apolitique, la politique nous intéresse pas. Et nous sommes un média 100 % positif, 100 % en France. On relaie tout ce qui se passe de « franchement bien » en France, tout ce qui nous rend fiers de la France. Que ce soient les innovations, les start-ups , les entreprises, l’environnement mais aussi la gastronomie… Tout ce qui est positif en France, toutes les bonnes nouvelles.

 E.B : Alors, quand il y a une entreprise française qui a un marché, quand vous voyez par exemple Meghan Markle qui se marie avec le Prince Harry et qui porte une robe française Givenchy, vous mettez cela dans votre revue de presse ?

M.M : On met ça en lumière, tout à fait

E.B : Il y a des tas de gens qui nous écoutent qui sont intéressés par le Made in France, par les bonnes initiatives des français, comment peuvent-ils vous suivre ? FranchemementBien.fr, c’est un site internet ?

M.M : Franchement Bien.fr, c’est le site internet avec tous les articles. On peut aussi s’abonner au « post Franchement Bien du jour » , sur abonnement, de manière gratuite, et on le reçoit chaque jour par mail. On peut aussi nous suivre sur Facebook et également sur Twitter où j’anime tous les matins entre 8h et 8h30 la matinale de l’infopositive en France.

E.B : Vous partez du principe que les gens en ont marre des assassinats, des attentats… ?

M.M : Il y a surtout beaucoup de monde qui en parle. On ne nie pas ça, il n’y a pas que des actualités franchement bien. Nous laissons la place à des tas de gens qui savent en parler très bien. Nous, on mise sur le positif.

E.B : On dit tout le temps que les « trains qui arrivent à l’heure », les informations positives ne sont pas des infos. C’est vrai que, spontanément, quand il y a un drame, un crime, ou même un attentat terroriste, une actualité horrible, on est spontanément enclin à regarder BFM TV. Et vous, vous faites le pari inverse ?

M.M : On fait le pari inverse qu’on a des choses à raconter : des savoir-faire qui sont maintenus, on a des entreprises du « Made in France » qui ont de belles valeurs et qui ont des choses à raconter, qui créent des emplois en France, qui ont un ancrage territorial fort, qui sont des « faiseurs » et qui apportent beaucoup à la France. Il est important de les mettre en valeur.

E.B : Vous formez en école de journalisme mais vous intervenez aussi dans des entreprises ?

M.M : Nous intervenons dans les entreprises. Nous avons créé une série vidéo qui s’appelle « les entreprises Franchement Bien » où nous donnons la parole aux salariés pour qu’ils nous racontent ce qui les rend fiers de leur entreprise, ce qui est franchement bien dans leur entreprise.

E.B :  Tout ce dont j’ai parlé, le site, la newsletter … est gratuit ?

M.M : Tout est gratuit, il n’y a pas de publicités. Notre modèle économique :  on intervient auprès des entreprises françaises pour les aider à mettre en lumière et créer des supports de communication sur ce qu’ils font de franchement bien chez eux, en interne et en externe.

Merci Eric ! C’était franchement bien !

Asma Fendri