Soupçons de corruption en Afrique : Vincent Bolloré mis en examen

Corruption potentielle– La loi Sapin 2 muscle les choses

On ne resistera pas à evoquer dans ce contexte les pratiques avérées, cette fois, et douteuses en gouvernance d’entreprise qui ont déjà valu une remontrance en 2017 a Mr. Bolloré par le HCGE .

Lors de l’AG du 19 avril 2018, Proxinvest s’émouvait à raison d’une gpuvernance « très particulière :

« Je n’ai pas souvenir d’un cas de figure de ce type« , explique Loïc Dessaint, directeur de Proxinvest à NOVETHIC

« Le conseil de surveillance doit, comme son nom l’indique, surveiller le directoire qui est aux commandes. Or Yannick Bolloré dirige le groupe Havas détenu par Vivendi dont il préside maintenant le Conseil de surveillance. Il va donc se surveiller lui-même ! Mieux, il s’est aussi sélectionné lui-même puisqu’il est membre du comité de nominations qui est chargé de trouver les candidats ayant les meilleures compétences pour la fonction ! » Vincent Bolloré n’est pas à son premier coup de gouvernance à la hussarde. Les AG 2016 et 2017 ont été émaillés d’épisodes qui ont souvent pris par surprise les grands investisseurs qui décident de leur vote plusieurs semaines à l’avance, etc


L’homme d’affaires Vincent Bolloré a été mis en examen mercredi 26 avril à Paris dans l’enquête sur des soupçons de corruption dans l’attribution à son groupe de concessions portuaires en Afrique de l’Ouest, a annoncé son porte-parole dans un communiqué.

Source link